25 mars 2017

PRESS

  “J’irai crever à Manchester” entonne Metro Verlaine sur une chanson conjuguant désespoir et morgue altière.

Ce tube potentiel place ces quatre Normands parmi les formations à surveiller de près. À la manière d’Entracte Twist ou Lescop, Metro Verlaine ravive la flamme d’un rock romantique et noir, existentiel et écorché.

Si les influences sont tout aussi musicales que cinématographiques ou littéraires (un tel nom, évoquant la poésie française et le groupe Television, ne se choisit pas au hasard), la bande n’oublie jamais d’insuffler énergie rêche et groove tendu, terre-à-terre.

Porté par le timbre grave de Raphaëlle, le quatuor s’appuie sur une rythmique sèche et sommaire.

À propos, bon signe : le batteur joue debout – oui, comme The Velvet Underground ou The Jesus And Mary Chain…

Les TransMusicales

_______________________________________________________________________

« Les quatre morceaux francophones s’illustrent par le charme évanescent de la voix féminine, l’impact d’une guitare incisive et l’intérêt des textes, le tout culminant avec « Manchester » (« J’irai crever à Manchester/Un jour de pluie un jour de guerre »), chanson conçue comme un hommage à la ville de Joy Division »

Rock&Folk

_______________________________________________________________________

« Un savant mélange qui a fait sensation aux dernières Transmusicales »

Guitarist & Bass Magazine

_______________________________________________________________________

« Intriguant, romantique et sombre. Metro Verlaine est le quatuor normand à suivre en ce moment. Avec sa chanteuse qui raccroche les wagons aussi bien avec le post-punk qu’avec une certaine idée du rock’n’roll à la française, le groupe dégage une dangerosité sobre. »

Ricard SA Live Music

_______________________________________________________________________

« Metro Verlaine est ce qui se fait de mieux actuellement sur l’axe Londres-Paris. »

Longueur d’ondes

_______________________________________________________________________

Deux mecs et une nana. Une guitare destroy, une batterie surf et une voix pleine de soul. Le Rock’n roll romantique comme mode de vie. Metro Verlaine est avant tout une histoire de passion.

Fondé début 2013, après un voyage à Londres, l’histoire de Metro Verlaine commence à deux. Axel à la guitare et Raphaëlle au chant s’enferment dans un petit appartement ébroïcien pour y travailler jour et nuit. Les compos s’affinent et la boîte à rythmes minimaliste devient un atout pour le duo. Amoureux du punk 70’s et des grandes chanteuses soul, le groupe forge peu à peu sa propre identité musicale.

Le premier concert a lieu lors du tremplin Rock in the Barn à l’abordage club d’Evreux, et le duo en place depuis peu gagne le droit d’ouvrir le festival du même nom quelques mois plus tard.

De petites dates en petites dates, le duo grimpe en puissance et rentre en studio au mois d’août pour enregistrer son premier EP : Electric and Romantic, un trois titres brut de décoffrage et dans l’esprit DIY.

Les dates s’enchainent et le duo fait ses armes à Paris ( Truskel et Buzz ) et en Haute-Normandie ( Abordage d’Evreux en ouverture de Narrow Terence).

En mars 2014, une basse se greffe au projet et vient grossir le son du duo pendant quelques mois. Le temps pour Metro Verlaine d’enregistrer un second EP : Somethin’ Else et de fouler les scènes du Tetris ( Le Havre, en ouverture de Yodélice ) et du Rock dans Tous ses Etats ( le groupe a joué les deux jours du festival sur la scène Gonzomobile ).

Après un peu plus d’un an de travail intense, Axel et Raphaëlle profitent de l’été 2014 pour souffler et faire le point sur leur projet. Au mois d’août, le groupe rencontre Joe, batteur parisien qui, séduit par l’esprit et la musique de Metro Verlaine, décide de rejoindre l’aventure et vient s’installer à Evreux pour se consacrer pleinement au groupe. La machine se remet en marche, les sessions de travail s’intensifient et les Metro font leur rentrée le 30 août au Bus Palladium (Paris). A la suite de cette date, le bassiste prend le large et le trio s’impose comme la formule définitive de Metro Verlaine.

Influencé par des artistes comme Patti Smith, The Kills ou Richard Hell qui n’hésitent pas à mêler poésie et électricité, Metro Verlaine défend désormais son rock garage minimaliste et sauvage sur les scènes de France. Un troisième EP est en préparation. Un bon moyen pour le groupe d’affirmer son identité et de laisser la rage sortir…

 

Les Inrocks lab

_______________________________________________________________________